La chirurgie de la cataracte chez les patients avec des antécédents de chirurgie réfractive de la cornée (i.e. RK, Lasik, PRK).

La procédure chirurgicale chez ces patients est identique à n'importe quelle chirurgie de la cataracte, mais les résultats réfractifs, comme la capacité de voir sans lunettes, sont moins prévisibles.

Les calculs pour déterminer la puissance de l'implant chez ces patients sont moins précis que chez des patients sans antécédent de chirurgie réfractive de la cornée.

En effet, le calcul de la puissance de l'implant dépend notamment de la forme de la surface de la cornée, donnant la kératométrie.

La mesure de la kératometrie, combinée avec d'autres paramètres comme la longueur de l'oeil, sont supposés donner au patient une vision nette pour une distance donnée. Pour ce faire, plusieurs formules sont disponibles (voir l'onglet “calculateurs”).

Les cornées sans antécédents de chirurgie réfractives ont une courbure centrale uniforme (puissance) contrairement aux cornées ayant subies des chirurgies réfractives, dont la puissance est davantage variable, rendant le calcul moins précis.

La seconde source d'erreur majeure dans le calcul de la puissance de l'implant est la position effective de l'implant (ELP). Sa variabilité est la même pour tous les patients, qu'ils aient subi, ou non, une chirurgie réfractive de la cornée. L'ELP correspond à la distance finale entre la cornée et l'implant, lorsque le processus de cicatrisation est terminé, soit environ 2 mois après l'intervention. La fibrose du sac capsulaire (la partie résiduelle de la lentille naturelle de l'oeil) détermine l'ELP et peut varier d'un patient à l'autre. Cela n'est absolument pas prévisible avant la chirurgie.

L'ELP peut être approximée en se basant sur le design spécifique de chaque implant et des données historiques à propos de cette distance. Par conséquent, chez les patients avec des antécédents de chirurgie réfractive de la cornée, l'incertitude sur l'ELP ainsi que l'incertitude sur le calcul de la puissance de la cornée jouent un rôle prédominant dans l'erreur réfractive finale.

En complément des surprises réfractives habituelles qui peuvent poser problème chez les patients implantés avec des lentilles premiums, un nombre significatif de patients sont également insatisfaits par les implants multifocaux récents, ce qui limite leur utilisation par les chirurgiens ophtalmologues. En plus des erreurs réfractives résiduelles chez ces patients, les raisons de leur insatisfaction incluent notamment l'intolérance à ces nouveaux systèmes optiques (halos, éblouissements, manque de neuroadaptation). De plus, avec le temps, le développement de problèmes rétiniens ou la dégradation du nerf optique peut rendre ces systèmes optiques indésirables.

Les solutions qui peuvent fonctionner pour de simples surprises réfractives, comme les incisions limbiques ou les retouches au laser, ne marchent pas pour la majorité de ces patients. Cependant, ces problèmes peuvent être solutionnés par l'explantation de la lentille intraoculaire et son remplacement par un autre type d'optique. Mais les chirurgiens se retrouvent alors face à un dilemne pour décider du moment le plus approprié pour réaliser cette seconde chirurgie. D'un côté, si l'échange est réalisé trop tôt, les patients pourraient ne pas avoir suffisamment de temps pour essayer de s'adapter à l'implant multifocal. De l'autre côté, si l'échange est réalisé trop tardivement, la procédure d'échange pourrait devenir plus difficile avec une augmentation des risques de complications.

Toutes ces erreurs potentielles peuvent être corrigées après la première chirurgie dans la mesure où le système optique Precisight® a été implanté. Cette correction passe par le remplacement de la lentille frontale calculée grâce à la réfraction à l'issue de la première chirurgie. Cette procédure d'échange peut également s'appliquer en cas d'insatisfaction du patient avec le type d'optique implanté lors de la première chirurgie (monovision).

La procédure d'échange utilise la même incision chirurgicale que celle faite lors de la première chirurgie. De plus, elle ne change pas l'ELP. Par conséquent, la réfraction au moment de l'échange réprésente la seule variable et les résultats réfractifs sont donc extrêmement précis et prévisibles.

Le système optique Precisight®, avec sa technologie de station d'accueil exclusive, permet un échange de l'optique sans limite dans le temps étant donné que seule la lentille frontale est retirée et remplacée. Le temps et la cicatrisation ne rendent donc pas plus difficile la procédure d'échange. IVO est actuellement en train de travailler sur une lentille frontale multifocale, dans le but de proposer aux chirurgiens des alternatives pour leurs patients implantés avec des lentilles multifocales, et ce quelque soit le temps après l'implantation.

PreciSight® and InfiniteVision Optics™ are registered trademarks of InfiniteVision Optics

Last update: 1-July-2019